Cet autre monde de la sculpture en métal d’extérieur…

Inhumain, froid, élitiste, on dit tant de choses du “fer”… tout et son contraire. Curieuse ironie que cette matière dite “dépassionnée”, qu’il faudrait battre “tant qu’il est encore chaud” pour donner la vie. Le monde du métal est un monde controversé. Pourquoi faut-il nécessairement le creuset de la forge pour tordre, déformer ? La violence n’est pas la seule force de la nature. La découpe et  les lignes donnent aussi bien corps à la matière que la masse et la fournaise.

Un exemple de sculpture tout en lignes et en douceur - en mouvement
tortue en métal

Créer c'est vivre

Parfois, quelques lignes suffisent pour déclencher l’étincelle. Quelques coups de crayon. Lorsque l’idée est là, on oublie la matière.

 

Le métal permet de créer des formes aériennes complexes, fines et raffinées ou – à l’inverse – très marquées, massives, parfois même pataudes quelque soit les formes. C’est une matière comme une autre pour créer, mais je la préfère à la pierre, à l’ardoise ou même au bois qu’il m’arrive pourtant de travailler aussi.

 

Ce qui donne vie à la matière ce n’est pas tant la matière elle même – ou la technique, c’est l’intention qu’on y met. J’insuffle une âme aux choses, des créations.

Tous les "fers" ne se valent pas

A première vue, toutes les matières de type “métal” se ressemblent.

 

On parle du “fer”, du “métal” comme une matière uniforme, mais tous les fers ne se valent pas. Ou plutôt, tous les fers n’ont pas la même vocation. La majeure partie de mes sculptures sont faites pour être exposées en extérieur – dans un jardin, une terrasse,… – mais rien ne les empêchent d’être exposées en intérieur. Je prévois les deux. La différence ne joue pas sur le maintient de mes créations en fonction des météorologies. La différence se fait dans l’usage, le projet.

 

Quant-a la couleur, tout est possible. Certains créations de part leur nature et leur vocation reste le plus naturelle possible : une rouille forte, un coloris varié. Ce type de cas demande un traitement spécifique pour maintenir l’aspect naturel et stopper la dégénérescence. D’autres créations demande une rouille naturelle stylisée. J’utilise des techniques pour donner des formes ou un style très particuliers à l’ensemble ce qui marque naturellement le métal dans les formes et aux endroits souhaités uniquement. Parfois les couleurs (bleu, rouge, fushia,…) prennent le dessus et le pinceau – au-delà de la nature –  donne le ton.

 

Tout est question d’équilibre, de vocation, de ressenti et… de choix.

L'acier ordinaire

L’acier ordinaire offre une maniabilité et une finesse parfaite pour les pièces les plus et/ou pour les finitions.

 

Le tout est de savoir le travailler en souple pour conserver les courbes attendues et ne pas rompre. Sans quoi, l’alchimie ne prend pas.

L'acier "corten"

Plus solide, plus résistant mais également… moins souple.

Les formes des sculptures peuvent varier

Une fois passée la question de la matière, reste la question de la forme et du sens. Une fois encore tous les mondes sont ouverts. J’y mets autant de sens que l’on m’en demande, souvent, à partir d’une impression. Quelle impression voulez-vous ? Que ressentez-vous ? J’imprime ses émotions dans le métal d’où émergent les sculptures. Y-a-t-il une fin au monde qui nous entoure ? J’explore sans me limiter : animaux, humanoïde, art contemporain,…  aux grès des vents où me porte l’inspiration.

Mon art est simple, essentiel, comme mes outils – ou comme ceux que je crée parfois pour les besoins de mes créations. Chaque pièce est un ensemble, un agrégat de découpent participant à une vision d’ensemble. Le métal se coule lorsqu’on le moule, à la manière du bronze par exemple. Le métal que je travaille se découpe et s’assemble à la manière d’une fleur dont chaque élément des pétales au pistil et aux graines créent une illusion d’ensemble dont chaque élément à sa vocation propre.

 

La nature m’inspire, dans sa simplicité et sa complexité. Parfois les choses paraissent si simples et, dans l’art végétal, à mieux y regarder on trouve à la fois une extraordinaire complexité et une très grande finesse. J’expose à mon atelier les différentes étapes de ces créations parfois, en cours, parfois achevées.