Artiste du fer, briseur de vues ! Créateur de brises vues.

Briser... mais pourquoi faire ?

Les brises vues ont leurs petits secrets. Chacun a ses raisons…

Parfois, c’est pour cacher des vues, de petites imperfections, parfois… de grosses misères. Parfois, des envies d’ailleurs – pour changer de monde, d’ambiance ou de dynamique – pour se créer un nouveau monde. Parfois, encore, c’est pour s’en créer un, ou retrouver le sien.

Les brises vues sont des points de passages d’un espace à un autre. J’ouvre sur un monde, je ferme la porte à un autre.

Ici un portail revenue à la vie, grâce à une réfection de la partie haute.

Pour créer un monde, donner une âme à la matière.

En art – comme en toute chose – tout est question d’alchimie.

J’aime cette idée de faire “trancher” la matière. Créer une osmose à partir de rien. Passer des mots à l’acte. Un acte de création qui crée un monde, un monde à l’image de leurs rêves. Créer des brises vues demande de l’attention : celle de percevoir ce juste équilibre entre l’avant et l’après, entre la rupture et l’harmonie.

Quelques brises vues… et la piscine se transforme en lieu de vie intime, privilégié.

brise vue original

A grands renforts de nature,

J’aime cette idée de faire “trancher” la matière. Créer une osmose à partir de rien. Passer des mots à l’acte. Un acte de création qui crée un monde, un monde à l’image des rêves de mes clients. 

Créer des brises vues demande de l’attention : celle de percevoir ce juste équilibre entre l’avant et l’après, entre la rupture et l’harmonie.

Des possibilités jusqu'où se porte le regard

Les brises vues en métal ont tous les motifs, toutes les formes. Les supports varient (murets, pots de fleurs, porte, portail,…).  L’exercice est plus difficile qu’il n’y parait. La question n’est pas tant celle de la matière mais celle de la forme et son intégration dans l’ensemble. Comme le disait Joseph Conrad  “C’est seulement dans l’imagination des hommes que chaque vérité trouve une existence réelle et indéniable. L’imagination, et non l’invention, est le maître suprême de l’art, comme de la vie.”